Le mouchoir

Les visiteurs partis, je montai aérer la pièce et changer le linge.
En déroulant le drap, je découvris le mouchoir. Plié comme un doudou.
Enrhumée ? C’était l’été. Peu probable.
Allergique, un rhume des foins ? Plausible.
Mais à qui appartenait d’ailleurs le mouchoir ?
Avaient-ils pleuré la nuit ? Une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Une rupture ? Des pleurs de bonheur : un mariage, un enfant, un travail ou un instant ?

Le mouchoir était placé au milieu du lit. Pour séparer. Pour rapprocher.
Flottaient, dans ce tissu banal, les secrets de la nuit.

 

LITMOUCHOIR2

Retour